Une fois constitué, suite à un processus long et complexe fait de recentrage narcissique à connotation sexuelle, l'être humain va se retrouver confronté à la dynamique de l'Autre, véritable réservoir de désirs, qui lui-même va devenir le désir de l'Autre .( Comme coupure entre signifiants, représentant d'autres signifiants et non l'individu en tant que tel, qui vit dans l'entre-deux, voire qui s'éclipse ) .

Ce qui faisait dire à Jacques Lacan après l'analyse de ses patients, que ressurgissait en eux le même questionnement, à savoir que me veut l'Autre ?

En fait l'Autre n'a la seule consistance du langage de l'ensemble des êtres avec lesquels on rentre en relation à travers nos relations intersubjectives .

D'où la difficulté que nous avons à comprendre que du langage il n'y a que le désir ou le signifiant à interpréter . Bref tout ce n'a trait qu'à la subjectivité agissante dans son manque, lui-même se construisant et se déconstruisant en même temps, et en permanence .

Mais ce désir reste déterminant pour l'être humain .

Nous verrons ultérieurement que ce langage désirant ou signifiant qui constitue l'Autre, est le fruit d'un développement issu de l'instinct dont il s'est détaché, pour aboutir au Verbe dont parlent les religions dans une quête inespérée .

C'est à partir de la deuxième topique freudienne de l'inconscient ou du ça que va se développer quelque chose d'insistant dans chacun de nos psychismes, notamment dans nos pensées envahissantes impossibles à taire ainsi que constamment réprimées .