L'altérité est déterminante en psychanalyse et nécessite une approche immédiate . Il faut le répéter le désir est fondamental pour tout être humain, notamment dans notre époque contemporaine du fait de l'invasion de l'image . Ce que l'on rencontre chez les curistes au cours d'une analyse c'est cette envie d'être à la fois connu et reconnu . Mais nous allons le voir la sortie réussie d'analyse va conduire à un tout autre résultat .

Le problème de l'altérité va se poser à tort chez tout un chacun comme le fait de se sortir de la solitude . C'est oublier que l'altérité irréductible de l'être humain va se situer sur les plans objectif et subjectif, car dans le premier cas elle va se matérialiser par le fait d'avoir une activité sociale et personnelle permanente, et dans le deuxiéme cas l'être humain va ressentir le besoin de se retrouver habituellement entouré de personnes . On voit bien que dans ces deux situations c'est bien pour l'individu le fait d'être en permanence occupé, par peur du vide et de l'ennui, voire par l'angoisse d'une routine permanente .

Mais l'impression de solitude est toujours présente malgré le fait d'être en permanence occupé . Si on analyse bien la situation c'est que rien ne décrète que le sens de nos vies consiste à déboucher vers un caractère intersubjectif humain . La fin d'analyse montre que c'est l'individu lui-même qui a orienté le plus souvent son analyse vers une recherche approfondie de connaissance et de compréhension de soi-même loin des canons du regard des autres, et qu'en fait la cure aboutit à une volonté de dépassement du désir élément constitutif du langage ou du symbolique .

Sans analyse on discerne bien que nos façons de vivre ne sont victimes que de nos fantasmes et de nos mirages . Tout compte fait n'y aurait-il pas ici en l'occurrence les deux facettes de la personnalité humaine ? A savoir le corps et l'esprit, et que la soi-disante solitude devient une étape décisive de connaissance de son âme qui posséde un langage bien particulier .

Comme disait Jacques Lacan, tout individu est dominé par sa " langue" et devient donc un " parlêtre ", aboutissant nécessairement à une glose sur l"altérité, qui dans un certain sens semblerait le conduire à une loghorrée permanente, dans laquelle aucun de ses dits ne se rattache à des éléments de la chaîne signifiante .