L'étude de la psychose et du fétichisme a permis à Freud de dégager un phénomène original du fonctionnement psychique qui consiste en la coexistence simultanée au sein du Moi de deux attitudes contradictoires , " l'une qui tient compte de la réalité , l'attitude normale , l'autre qui sous l'influence des pulsions , détache le Moi de la réalité " .

Au départ il avait relié tout cela aux effets du refoulement .

Il a mis ensuite en évidence un processus se démarquant du modèle du refoulement , dans la mesure où il présente la particularité " de ne pas aboutir à la formation d'un compromis entre les deux attitudes en présence , mais de les maintenir simultanément sans qu'il s'établisse entre elles de relation dialectique ".

Cette analyse était l'aboutissement de recherches surprenantes lors du déroulement des cures analytiques , du fait que les analysants livraient des paroles que Freud avait du mal à rattacher à leurs personnalités propres , mais au contraire apparaissaient étrangères à leurs constitutions subjectives , jusqu'à apparaître transindividuelles .

Cette étude dans le domaine des pensées et idées envahissantes pouvait aussi s'appliquer dans le domaine des rêves , surtout ceux prémonitoires qui deviennent de véritables voyances décrites par Claude Levis - Strauss dans l'analyse des croyances des tribus , ou dans les travaux de Jakobson .

Nous remarquerons que ces idées envahissantes se développent aussi à un certain âge , notamment celles liées à la culpabilisation , et que , dans ce dernier cas elles deviennent insistantes , à défaut d'être surprenantes de par leur étrangeté , pour le sujet de l'inconscient lui-même .

C'est l'admission du sujet au langage suite au refoulement originaire , qui explique ce phénomène linguistique .

Et les insistances de ces paroles cérébrales ne sont que le constat d'un langage en continuelle construction , d'un symbolique angoissé de ne pouvoir se réaliser sûrement et qui se sert des individus pour s'exécuter .

Mais surtout cette analyse spécifique du Moi ne doit point nous faire oublier qu'il fonctionne inconsciemment, de façon on pourrait dire hypnotique, voire anesthésiante.