Le stade du miroir ou plus exactement stade du reflet est une conception d'une expérience primordiale dans la constitution de l'humain, puisque va se jouer la genèse du Moi.

C'est en s'identifiant à l'image du semblable ou à sa propre image spéculaire, que l'enfant parvient à se percevoir dans une forme totale de lui-même, qui auparavant lui faisait défaut .

Si cela rend possible pour lui l'anticipation de son unité corporelle à un moment où il en est encore dépourvu, elle consacre en même temps  le caractère imaginaire du Moi .

Ainsi, le Moi de l'homme va apparaître comme une instance aliénante, comme une cause de méconnaissance permanente qui donne leur fondement à des relations de nature imaginaire, empreintes d'agressivité, source le plus souvent de faux jugements sur ses semblables, et aussi et surtout de fausses idées sur lui-même .N'avions-nous pas dit dans ce blog, à propos de la projection que l'individu ne reprenait les termes du message de l'autre qu'à condition que ce soit les siens propres ?

La névrose montre aussi qu'entre chaque individu n'existe qu'une communication piégée . Certains religieux comme Thomas d'Aquin allaient jusqu'à prétendre comment résoudre le problème de l'Amour si l'être humain ne s'aime pas lui-même en son for intérieur ? .

Narcisse pleure de ne pouvoir s'aimer que dans la douleur de ne pouvoir s'étreindre, perpétuée dans sa division spéculaire .