Le déroulement de la cure montre l'origine principalement de deux facteurs de naissance des idées envahissantes, l'un suite à un développement de connaissance intérieure approfondie de l'individu, tandis que le deuxième facteur serait lié à une série de refoulements secondaires très importants dans le temps, très généralisés avec l'âge de l'être humain, qui conduit ce dernier à se culpabiliser en faisant sien le fait d'avoir raté sa vie comme il le croit à tort . N'oublions pas que l'individu doit passer d'un stade caractérisé par le temps pour comprendre afin d'aboutir à un temps pour conclure .

C'est finalement admettre que l'évolution psychique est objective d'une part, et que d'autre part l'individu est dominé par la force de l'ambivalence qui l'anime . ( D'où ce sentiment de culpabilité fréquent et généralisé chez les gens ) .

Si ce dernier facteur est intéressant à analyser au niveau de la symptomatologie clinique, c'est qu'il fait intervenir la notion de signifiant ( synonyme de manque et de désir qui constituent les éléments du langage ou du symbolique ), car cette intervention se fait suite à un système de frayage dans le cerveau de la personne concernée liés aux refoulements importants répétitifs, dont leur source vient de l'interdit de l'inceste, et donc du complexe d'oedipe, et aussi par un système d'étayage d'où naît la pulsion à partir du besoin, le tout dans un circuit représentatif signifiant, lieu d'investissements et de désinvestissements intersubjectifs, à la fois intrinsèque et extrinsèque à tout individu, qui a un effet sur le Moi de tout un chacun jusqu'à l'inquiéter . D'où cette inflation de mémorisation signifiante dans le cerveau qui a la particularité d'advenir par séquences périodiques sans intervention de nos volontés . Ces circuits se composent de liaisons à des traces mnésiques qui s'accomplissent sur le mode de l'hallucination .

Il faut signaler que dans cette insistance de ce discours envahissant intérieur, le " ça parle " dans le cerveau, conduit donc à ce que ce soit ici en l'occurrence le symbolique qui parle, par opposition au réel qui s'exprime notamment dans le cérébral du psychotique .( D'où le fait que le psychotique connaisse un déficit de communication avec les autres dû à son ratage dans le refoulement . ) .

Dans le cadre du développement de la connaissance approfondie intérieure (  premier facteur ), cela débouche nécessairement à ce que le sujet de l'inconscient soit condamné à se mouvoir dans une interdépendance et dans une intersubjectivité, qui de spectateur va le faire devenir acteur .

Conscient par là-même des évolutions, et donc créateur avec une profusion d'idées et de pensées fécondes issues de l'Autre ou grand autre . On voit bien que ce Dernier va devenir le fédérateur de nos désirs dans la sphère de l'intersubjectivité et de la transindividualité qu'Il implique par sa nature, le tout dans un flux signifiant, balisé par une chaîne signifiante déterminante .

On voit bien que la psychanalyse réussie va permettre à un individu d'être non pas au minimum acteur, mais plutôt observateur éclairé des ratés individuels et sociaux de ses semblables .

Pour finir, quand les idées envahissantes se présentent comme négatives, il faut tout de suite les évacuer comme étrangères . Mais bien analyser celles qui s'imposent positivement à la personne . Car elles sont inscrites dans un flux de signification et de compréhension de sa propre évolution .