Une fois nés nous allons nous constituer pour l'avenir dans un bain subjectif de type affectif déterminant .

Nous en connaissons la genèse ( voir refoulement originaire ) via un stade du miroir qui fait que l'infans se voit s'articuler et se mouvoir devant une glace , d'où il va jubiler le plus souvent face au regard signifiant ( ou désirant et manquant ) de sa mère , et par là-même commencer à appréhender le morcellement de son corps, qui va être à la source de la naissance de son attirance pour ses organes et la future création de ses pulsions partielles , elles-mêmes façonnées par les stades de son devenir .

C'est le prélude à toutes les opérations de construction de la personnalité à travers les notions de narcissisme, d'identification, d'imaginaire, du Moi, d'investissements sexuels sur les parents et autres ... Qu'on a amplement traité dans ce blog .

C'est à partir de là que tout individu va rencontrer l'Autre dans son devenir . Et cette rencontre n'est pas sans difficultés . Car l'Autre est un creuset, mieux un fonds commun intersubjectif fait d'ambiguïté, et surtout constitué en chacun de nous d'un discours impossible à taire et constamment réprimé .

En théorie personne dans le domaine psychanalytique n'a pu l'appeler autrement qu'avec une majuscule . L'Autre va être la destination du discours de chacun et permettre surtout la constitution de tout être humain dans une chaîne parlée de signifiants ou de désirs .