En fin d'analyse le patient se rend compte qu'il a mis fin à un véritable parcours du combattant qui consiste à lui dévoiler non pas la compréhension de son intrinsèque , mais surtout à découvrir ses relations avec une extériorité qui se situe dans le temps ( antérieur à son existence , passé , présent , futur , et postérieur à sa vie actuelle ) , sans nécéssairement en maîtriser le contenu . Et pour cause, c'est qu'au sein de chaque analysant un aspect phylogénétique et ontologique domine . C'est ce qu'avait constaté Sigmund Freud dans sa théorie du fatum . Un véritable destin qui prédomine en chacun de nous tous . Les philosophies et spiritualités extrême-orientales ont avec constructions mentales bien montrées et développées cette antériorité de l'être humain, jusqu'à même affirmer que tout être humain avait choisi sa vie avant sa nouvelle vie actuelle ( voir Karma ) , avant sa nouvelle naissance sur terre présentement .

Car c'est l'insistance d'un discours intérieur qui lui signifie tout cela . Le "ça parle dans tout sujet de l'inconscient" doit être passé au peigne fin de l'analyse non pas pour enlever la caractéristique de ce qui est inhérent à tout être humain , à savoir la prédominance d'un cerveau en continuelle parlotte insue , mais bien de rapporter le tout à un ensemble quasi-mathématique fait de surfaces qui s'ouvrent pour se refermer aussitôt , qui s'entrebâillent et se difforment dans une consistance en recherche de sens  , sans compter aussi sur les béances qui à peine ouvertes se referment instamment . C'est tout cela la bande de moebius , dont l'affirmation profonde dépend de l'Autre qui ne passe son temps qu'à refermer un trou qu'il a ouvert .

Ne serait-ce pas métaphoriquement ce que nous connaissons physiquement de l'univers avec la gravitation ?

Le patient reste bien le centre gravitationnel d'un mouvement de l'inconscient , impossible à taire ainsi que constamment réprimé , dont le corps devient un véritable champs de bataille activé par l'Autre , via les pulsions dont s'originent les signifiants .