Le conflit psychique définit une situation dans laquelle s'opposent en un même individu des tendances contraires internes .

Sur le plan psychanalytique il se présente comme opposition entre les différents systèmes ou instances de l'appareil psychique , entre des pulsions contraires , ou suivant la dynamique des couples d'opposés .

L'introduction de la deuxième topique bouleverse ce schéma par la suggestion d'un combat intrasubjectif entre  des instances psychiques , défendant chacune les attributs de l'ordre dont elle est originaire : sévérité de la loi symbolique pour le surmoi , persistance de l'imaginaire pour le moi , impossibilité du réel pour le ça . L'entée en scène des figures d'Eros et de Thanatos enfin , et en particulier de ce dernier sous les aspects de la pulsion de mort , assoit la question du conflit sur le foyer fulgurant de celle-ci , comme principe même de désunion , de combat , de séparation et d'opposition .

Cette notion répond de la volonté fortement affirmée de Freud de proposer une conception dynamique du psychisme .

Le conflit psychique avec la répétition qu'il implique , traduit les moments critiques de l'existence de l'être humain , dans lesquels il échoue à faire advenir sa propre réalité , et son propre équilibre , condamnant par là même le psychanalyste à le lui confirmer .

Si on considère que chaque être humain est caractérisé par le poids d'un appareil psychique dans lequel des instances passent inconsciemment le temps à se disputer leurs attributs respectifs, et que ces instances internes subjectives sont liées à la création même de l'humanité, installée dans une finalité, voire dans des fins supérieures communes qui nous échappent, ou peut donc dire sans ambages que nous sommes tous égaux face à une mystériosité universelle qui nous échappe .