Le phallus a une double fonction.

Il est le signifiant privilégié qui marque par sa présence de signifiant, la précarité de tout effet signifié autonome, indépendamment du jeu des signifiants qui le détermine.

Cela a lieu d'autre part, par la valeur de signifiant de phallus, cause du désir,tel que l'exprime la mère dans la forme classique du complexe de castration, la mère qui devient le symbole du grand autre( Autre ), à travers son discours adressé à l'infans.

C'est dans l'Autre donc que le sujet trouve à entendre le sens de son discours, et par là l'articulation de son désir, comme discours et comme désir de l'Autre.

Et pour accéder à l'ordre symbolique, à l'ordre du signifiant, la mère fait s'évanouir l'ombre imaginaire d'un signifié plein, auquel risque toujours de s'aliéner l'infans ou enfant, et lui permet ainsi d'accéder à l'ordre symbolique du langage, en tant que sujet soumis à la loi du signifiant. Et donc l'être humain va devenir responsable par la limitation de ce signifié plein matérialisé dans le narcissisme .

Et cela en faisant intervenir le père dans cette relation à trois.

C'est la métaphore paternelle qui y préside.

L'enfant en accédant au symbolique, s'interdit le désir d'inceste par la reconnaissance de la fonction paternelle, non plus sous les espèces de la rivalité ou de la convoitise, mais comme fondement du désir maternel.

La fin d'analyse permet à un sujet d'advenir dans cet ordre symbolique, débarrassé des signifiés attachés à la mère, depuis sa plus tendre enfance.

Cet article a l'avantage de nous montrer le rôle que va avoir le signifiant dans sa dimension de désir et donc de sexualité pour chaque être humain, et ainsi une fonction de détermination dans la destinée de chacun de nous tous . Si on ajoute à cela le poids qu'a le fantasme, toutes nos relations intersubjectives sont bien dominées par le sexe dans un axe de tiers représentatif façonné par la force du phallus, par le poids et la puissance phallique dominatrice .